En route vers Pâques : découvrons le carême

Objectif : Faire découvrir le sens du carême, les actes du carême, le but du carême.

Le mystère chrétien est célébré par des grandes fêtes : Noël, Pâques…

Pâques est la fête la plus importante pour les chrétiens. Nous avons vu que Noël, la naissance de Jésus Christ est préparée par le temps de l’Avent.

Pâques, la résurrection de Notre Seigneur est aussi préparée par le temps de Carême.


Remarque : Le carême n’est  pas le ramadan des chrétiens et le ramadan  n’est pas le carême des musulmans. Le ramadan est l’un des 4 piliers de l’Islam. Les trois autres sont : la profession de foi (il n’y a pas d’autre Dieu que Allah et Mohammed est son prophète), la prière (5x/jour), le pèlerinage à la Mecque. Un 5ème pilier est ajouté aujourd’hui, le souci des pauvres.

Le ramadan est un temps de jeûne, de purification pour être digne de Dieu, pour tendre vers la perfection de Dieu. Il ne prépare pas à une fête ou à un évènement particulier.

  1. Le sens du carême

Nous commençons quarante nouveaux jours. Le mot « Carême » vient du latin « quadragesima » qui veut dire quarantième jour avant Pâques.

Le premier jour du carême, mercredi des cendres, débute le 40ème jour avant la fête de Pâques. Il prépare donc les chrétiens à la fête de Pâques qui est la résurrection du Christ.

 Jésus Christ, Fils de Dieu-Père né de la vierge Marie est  l’envoyé du Père pour le Salut de tout homme et de toute femme en tous lieux. Pour accomplir cette mission,  il va se préparer au désert pendant 40 jours.

La symbolique biblique du nombre 40, très important dans la bible, il signifie « un certain temps ». Il fait écho par exemple :

– aux 40 jours du déluge dans le récit de Noé (Gn 7,17)

– aux 40 ans du séjour du peuple d’Israël au désert après avoir quitté l’Egypte à la suite de Moïse (Ex 15). Celui-ci mettra quarante jours  au Mont Sinaï pour recevoir les tables de la Loi.

– Aux 40 jours de jeûne et de prière que Jésus passa dans le désert après son baptême, avant de commencer sa vie publique (L4, 1-13).

Durant le Carême, nous essayons de nous rapprocher un peu plus de Dieu, de devenir un peu plus son image, de transformer notre vie assombrie par le péché en une vie plus éclatante, plus lumineuse, plus tournée vers les autres… Pour nous aider, nous pouvons contempler la vie de Jésus : ses longs moments de prière, ses multiples pas vers les autres, sa confiance illimitée en Dieu…

2. Les Actes du carême :

Pour nous chrétiens, le carême représente un temps de conversion et de renouvellement spirituel.

Pour cela, l’Église propose aux fidèles depuis les temps anciens, le jeûne, la prière et l’aumône // à la relation à soi-même et à son corps, (jeûne), la relation à Dieu (prière), la relation à autrui (aumône) (Mt 6,1-18).

  • Le jeûne :

Il est l’acte fondamental du carême. Le jeûne ou la pénitence signifie la conversion. C’est l’acte grâce auquel nous rétablissons une relation plus intime avec Dieu et nous faisons plus attention aux autres.

  • La prière :

Elle est le dialogue que nous établissons avec Dieu. Le temps de carême est le moment privilégié pour tout centrer sur Dieu. Nous entrons en dialogue avec Lui en lisant l’Evangile, en récitant le Notre Père, le Je vous salue Marie… en participant aux eucharisties avec plus de ferveur.  Rétablir une relation intime avec Dieu nous oblige à entrer en communion fraternelle avec les autres.

  • L’aumône :

C’est le partage. Quand on jeûne, on creuse le désir de Dieu qui nous comble de biens que nous devons partager.

 « Mon chemin de carême » Chaque fois que l’on fait un geste, on colorie ta page.

  • Le Carême commence par le Mercredi des cendres

Une croix, une branche, une soucoupe, des cendres. On observe ces quatre choses.

  • Qu’y a-t-il dans la soucoupe ? De la cendre.
  • La branche vient d’un arbre, quel arbre ? Le palmier/le buis
  • Pourquoi la croix ? La croix, elle parle d’amour. De l’amour de Jésus pour son Père et pour tous les hommes.
  • Le lien entre les trois dessins, c’est le temps du Carême.
    Celui-ci commence le mercredi des cendres (jour où l’on brûle les vieux rameaux) jour où l’on reçoit de la cendre sur le front ou sur les mains.

Ces dessins nous parlent-ils aujourd’hui ?

La cendre est grise, triste, sans vie… Elle nous rappelle que nos péchés nous rendent plus fragiles devant le mal… Recevoir un peu de cendre sur le front, c’est reconnaître que trop souvent nous sommes éloignés de l’amour.

La cendre dit que nos vies sont parfois tristes et grises…  Parce que nous devons pardonner, nous devons prier. A l’époque de Jésus, pour montrer qu’ils étaient malheureux ou pêcheurs (ayant commis des péchés), les gens pouvaient s’habiller avec de vieux habits et se mettre de la cendre sur la tête. Ils ressemblaient ainsi à des « mendiants » !

 La croix dit l’amour à accueillir et à éparpiller autour de nous car Jésus est mort sur la Croix par Amour.
La cendre, les rameaux, la croix disent un chemin de Vie, de Lumière et d’Amour sur lequel nous avançons.

Le buis, la palme de rameaux

Durant le Carême nous nous souvenons que Jésus a été aimé et acclamé comme un roi. Avant son entrée à Jérusalem, la foule autour de lui agite des rameaux : feuille de palmiers et autres. Nous nous souvenons de ce jour de joie le dimanche des Rameaux.

Nous allons nous convertir pour arriver à Pâques, c’est pour cela que nous avons 40 jours pour nous y préparer.

Sur le chemin de la conversion Jésus nous accompagne. Je peux réfléchir et chercher au fond de moi-même tout ce que je vis et qui ne ressemble pas à Dieu.

  • Le carême se poursuit alors rythmé par cinq dimanches qui le composent

Le carême culmine avec la semaine sainte. Celle-ci est la dernière semaine que Jésus passe sur terre avant sa mort et sa résurrection. On l’appelle aussi la semaine de la Passion (d’un mot latin qui signifie : souffrance). Le dimanche qui introduit la semaine sainte s’appelle : Dimanche des Rameaux et la Passion du Seigneur.

Jésus et ses disciples se rendent à Jérusalem pour fêter la Pâque juive qui célèbre la sortie d’Egypte. Ils se rendent en pèlerinage dans la ville sainte : Jérusalem.

L’accueil qui est réservé à Jésus est triomphal. La foule l’acclame avec les rameaux à la main. Ce sont ces rameaux ou palmes ou buis qui sont bénis avant le début de la messe. Ils symbolisent la vie. C‘est pour cela qu’on porte les buis sur les tombes.

Le reste sera brûlé pour la célébration du mercredi des cendres suivant.

Mais cet accueil triomphal de la foule change en un déchirement de fureur contre Jésus ; cette foule est manipulée non seulement par les autorités religieuses juives : les grands prêtres du Temple. Ceux-ci trouvent que Jésus prend trop d’importance aux yeux du peuple.

Jésus a préparé ses disciples à cette issue fatale « Il commença à leur enseigner qu’il fallait que le Fils de l’Homme souffre beaucoup, qu’il soit rejeté par les anciens, les grands prêtres et les scribes, qu’il soit tué et que, trois jours après il ressuscite » (Mc 8,3). Mais avant sa mort et sa résurrection, Jésus partage un dernier repas avec ses proches.

Votre curé,
Père Pierre Paglan Ndengue

Partagez si vous aimez !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s